Warning: Creating default object from empty value in /home/clients/f389a1092b52aa3b9a39317c733ffdc2/web/www/wp-content/themes/salient/nectar/redux-framework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Ornella Schillaci, auteur sur Mielabelo
All Posts By

Ornella Schillaci

Mielabelo vous accompagne

Atteindre le sommet ISO27001

By | Non classé, Nos compétences, Notre valeur ajoutée, Vos départements, Votre secteur d’activité

Vous le savez : le développement des technologies de l’information offre de nombreuses opportunités de développement pour votre organisation. Mais il ajoute aussi de nombreux risques de sécurité.  Le Centre pour la Cybersécurité Belge le mettait encore récemment en évidence dans un article récent.

Une étude récente menée par Mielabelo montre que pour près de 70% des Directions Générales et Informatiques, la cybersécurité est LE PREMIER de leurs enjeux.

Vous avez déjà pensé à entamer un trajet de mise en conformité ISO27001?  Pour des raisons réglementaires (ex: NIS), pour soutenir votre transformation digitale ou en faire un avantage concurrentiel.

C’est un trajet, parfois difficile, sur lequel il est bon d’être bien accompagné.

L’ambition de Mielabelo, société de service, est de garantir la pérennité de vos activités.  Pour assurer notre propre avenir !

Et la sécurité de l’information est un des axes à adresser dans cette optique.

Bien vous servir, c’est adresser les causes profondes à l’origine de la sécurité et mettre les bons remèdes en place, sur base de la norme internationale ISO27001/2.  En les adaptant à votre contexte spécifique.

Une escalade difficile et semée d'embûches? Oui, mais nous sommes à vos côtés!

Ce trajet, nous l’avons déjà fait de nombreuses fois chez nos clients et nous continuons à le faire (comme au CHR Citadelle)

Comme les sherpas qui sillonnent les hauts sommets, nous connaissons la route et les pièges qu’elle renferme.

Notre force est justement d’adapter le parcours à l’expédition.  Et de vous faire prendre les chemins les plus adaptés à votre condition.

Pour arriver sains et saufs au sommet, il vous faudra des compétences, des méthodes, des formations et des solutions technologiques. Et bien sûr, piloter tout cela (comme ici).

Le sommet, ce sera la mise en conformité ISO27001 de votre organisation.  Voire sa certification.

Mielabelo, avec vous une partie du trajet...ou tout du long !

Comment ? Rien de plus simple.

Vous réunissez les cadres de votre organisation concernés par cet enjeu : Direction Générale, Responsable de la Sécurité du SI, CIO, Audit Interne, etc.

Et nous convenons d’un rendez-vous.

Nos experts vont alors vous faire vivre cette expédition en avant-première, depuis votre fauteuil.

D’abord nous vous expliquerons comment nous concevons la sécurité chez Mielabelo.  Et son enjeu réel.

Ensuite, nous vous expliquons les grands moments de votre mise en conformité et partageons, avec vous, notre vécu de terrain au travers d’un séminaire.

En présentiel ou via internet.

Nous vous expliquons les grandes étapes du parcours et répondons à vos questions.

Mais aussi comment Mielabelo est capable de vous soutenir dans cette démarche de longue haleine.

Si vous rêvez d’être équipés avec les bons réflexes pour entreprendre ou faciliter votre trajet ISO27001 et que vous avez envie d’avoir les bonnes pistes de solutions et un écosystème complet pour tous vos challenges, nous vous offrons une occasion idéale pour se rencontrer, discuter, vous accompagner voire vous former ! Plus d’infos ici. 

Phishing par email

Phishing : comment le prévenir ?

By | Conformité, Continuité/Gestion des risques, Info Sec, Votre secteur d’activité

La pratique de phishing est également connue sous le nom « hameçonnage », en français. Si vous êtes un peu familier du monde du web, cette pratique ne vous est pas inconnue. Pis encore, vous avez certainement déjà été victime d’une tentative de hameçonnage par email.

Actuellement, les tentatives de phishing se font de plus en plus nombreuses et touchent tous les utilisateurs : entreprises, particuliers, secteurs hospitaliers, etc. La faute au covid19, peut-être, pour avoir autant fait exploser l’utilisation d’Internet et ébranler les normes de sécurité en matière d’utilisation des données.

Hopitaux, mais aussi PayPal, Facebook, boîtes Gmail, tous ces noms ont le même point commun : elles sont victimes de tentatives de hameçonnages envers leurs utilisateurs. Pièges pourtant parfois flagrants (un interlocuteur vous demande de lui verser une certaine somme d’argent, un email vous annonce que vous avez gagné un prix suite à un concours auquel vous n’avez jamais participé, etc.), les pratiques de phishing touchent des utilisateurs parfois alertes et qui, malgré tout, tombent souvent facilement dans le panneau.

Emails, SMS, réseaux sociaux,… Même combat

S’il est vrai que c’est souvent par emails que les cybercriminels tentent d’obtenir des informations sensibles, tels que des mots de passe, informations bancaires, etc., les emails ne sont pas les seuls moyens par lesquels ces hackeurs opèrent.

Phishing par email

Smishing et companie

Par SMS, la pratique est connue sous le nom de « smishing ». Le contenu du message vous invite – souvent en jouant sur l’urgence de l’action – à cliquer sur un lien. Celui-ci, une fois activé par votre clic, par exemple, installe un « malware » sur votre appareil, et attrape vos informations personnelles avec beaucoup de facilité, voire endommage votre appareil. D’autres liens vous renvoient vers une page contrefaite qui vous demande vos informations personnelles pour poursuivre un quelconque paiement, etc. Les pratiques sont nombreuses et les finalités, toujours aussi néfastes.

De même, les appels téléphoniques, les messages de connaissances par réseaux sociaux, les QR codes et même les invitations d’événements sur votre calendrier Google peuvent tous souffrir de pratiques de phishing et endommager les appareils et comptes des utilisateurs, en plus de leur voler des informations privées.

Do’s & don’ts

  • Ne vous laissez pas avoir par le sentiment d’urgence du message
  • Ne cliquez sur rien avant de vous être assuré qu’il s’agit bien d’un interlocuteur légitime
  • Vérifiez le nom de domaine de l’adresse email : elle est souvent révélatrice !
  • Ne partagez aucune information confidentielle
  • Ne donnez pas accès à vos comptes, utilisez des mots de passe différents et complexes pour protéger l’accès à vos comptes privés
  • Sensibilisez vos collègues / employés aux bonnes questions à se poser et pratiques à adopter avant d’ouvrir un message frauduleux
Mieux vaut prévenir que guérir

Conscientiser en étant accompagné

Chez Mielabelo, nous savons que ce n’est pas toujours facile de conscientiser ses pairs. C’est pourquoi nous avons établi un partenariat solide avec des acteurs qualitatifs et légitimes dans leur domaine. Quant aux pratiques de phishing, Conscio Technologies accompagne nos clients et nos consultants en leur donnant tous les bons outils pour permettre aux équipes internes d’être conscientes du danger et de s’y préparer pour prévenir voire empêcher les situations délicates, conséquences de pratiques de phishing.

New Normal

Covid19 : un an plus tard

By | Conformité, Continuité/Gestion des risques

La crise sanitaire persiste mais ça ne vous empêche pas de devoir consolider et construire les bases d’un nouveau modèle organisationnel inspiré de
l’expérience des derniers mois, et de l’année écoulée. Vous avez besoin de solutions techniques mais surtout de conseils pour fixer vos priorités, lancer vos actions et éviter les pièges.

Mielabelo partage avec vous ses réflexions, sa liste des bons comportements à adopter et les outils pour vous y aider.

Repenser l’accompagnement de votre organisation.

L’épidémie de Covid19 a ébranlé les fondements de l’organisation du travail et de la société toute entière. Après une réaction rapide, de surface, une réponse plus profonde, holistique et pérenne est essentielle. La crise nous a aussi amenés à revoir l’organisation de nos clients mais aussi notre rôle à leurs côtés. Dans notre monde volatile, incertain et complexe, les obstacles gagnent en ampleur, à l’image de la covid19.

Les entreprises ne peuvent plus, seules, concilier gestion, croissance et survie dans un modèle classique. En plus des solutions qu’elles mettent en place, les organisations ont besoin d’un véritable accompagnement qui réunit :
– Le SERVICE fondé sur un véritable engagement,
– La SOLIDARITÉ que créent la proximité et le partage des risques,
– L’ÉTAT D’ESPRIT qui permet l’émergence des solutions et la réussite des projets

5 choses à faire..ou ne pas faire

1. Apprenez de la crise
Durant la crise, vous avez dû mettre en place un nouveau mode de
fonctionnement, de nouvelles interactions. Vous avez eu de bonnes et de
mauvaises inspirations mais vous avez appris.

Allez-vous continuer à fonctionner comme « avant » ? C’est la première question à vous poser. Il se peut que vous ne deviez pas changer beaucoup. Cette crise aura eu un effet grossissant qui vous aura permis de mettre en évidence opportunités, lacunes et zones d’amélioration.

Aujourd’hui, il est critique d’aligner votre écosystème digital aux attentes de vos utilisateurs.

2. Créez un moment de vérité

Vous avez dû travailler dans un moment de grande tension et aller puiser dans les ressources profondes de votre organisation. Il est temps maintenant d’adapter votre organisme à une nouvelle normalité. C’est le temps du check-up pour rendre l’organisation encore plus agile et gagner en explosivité. Repenser les interactions permettra de mieux affronter le prochain écueil. Profitez de cette accalmie pour être conscient de vos points forts et de vos faiblesses. Réalisez une analyse objective à 360° de votre organisation.

C’est une occasion unique de voir à travers une lentille grossissante qui est
vraiment votre entreprise et quelles sont ses ressources parfois ignorées.

Utilisez les données

3. Soyez avide de données
Vos employés, vos partenaires et vos clients sont des êtres humains, avec leurs propres émotions. La valeur ajoutée qu’ils vont attendre de vous sera différente pour chacun. Ils attendent un nouveau type d’interaction qui ne se base plus uniquement sur le produit ou le service que vous délivrez mais sur l’état d’esprit dans lequel vous servez vos clients.

Cette valeur ajoutée sera juste pour autant que vous connaissez au mieux vos
utilisateurs. Votre organisation va devoir apprendre à (re)découvrir ces humains par le biais d’un élément constitutif de base de votre relation : la donnée. Cette connaissance n’aura de réalité que si votre organisation réussit à maîtriser ses données et à les valoriser.

4. Valorisez votre département IT
Dans le monde post-Covid des interactions sans contact, l’IT est une nécessité. Le confinement vous a forcé à collecter les bonnes données pour mieux connaître vos utilisateurs et leurs attentes. Votre défi est d’en faire une information pertinente et à forte valeur ajoutée.
Votre département IT donc joue un rôle critique dans cette transformation. Il est le distributeur de l’information qui alimente votre organisation et lui permet de vivre. Il va vous permettre d’innover et de survivre dans un mode accéléré, c’est lui qui fera la différence pour vos clients, vos fournisseurs.

Vous engager dans une transformation sans une IT qui tienne le coup serait suicidaire.

Le département IT est essentiel
New Normal

5. Faites adopter le « Nouveau Normal »

Votre nouveau normal va amener l’organisation à une grande dispersion de données, une personnalisation avancée et, sans doute, une criminalité plus élevée sur le système d’information. Quand le « où je veux, quand je veux et comment je veux » fait loi, la pression réglementaire se fait plus forte, inévitablement.

L’éclatement de l’information, des canaux et des moyens va créer un risque
d’affaiblissement des barrières de protection du système d’information mais aussi des données personnelles. Les états l’ont compris et leur pression se fera grandissante pour imposer aussi un « New Normal » en termes de réglementation.

Plus de conseils ?

Nous avons préparé pour vous un guide de bonnes pratiques, un condensé de « do’s and don’ts » pour vous aider à traverser la crise. Vous voulez votre version téléchargeable gratuite ? Faites-nous signe !

De la mise en conformité à la gestion de données

By | Conformité, Continuité/Gestion des risques, Info Sec, IT

La gestion de données, vous en entendez parler, mais vous pensez systématiquement à de l’archivage ou du classement de data. Et pourtant ! Ce n’est pas aussi basique et simple que ça: le monde évolue et avec lui, les pratiques de gestion de données. Ce sont nos consultants Mielabelo qui en parlent le mieux. Alors, à l’occasion de notre webinaire RGPD 4.0., Raphaël Léonard et Soufiane Zahid vous disent tout ce qu’il y a à savoir sur la gestion de données. Et pour en savoir plus, il ne vous restera qu’à nous faire signe ! 

RGPD 4.0., le 18/03

Gestion de données 101

Concrètement, la gestion de données doit être envisagée comme un processus continu : il ne s’agit pas de rangement de data, vite fait, bien fait et voilà, au revoir et merci. Le processus de gestion de données couvre 5 sous-domaines, chacun ayant un rôle et des propriétés spécifiques. Parmi ces sous catégories, on retrouve : l’acquisition, la validation, le stockage, la protection et le traitement.

Souvent, pourtant, le marketeur ou le gestionnaire de données peut se demander pourquoi entamer un processus si précis dans son entreprise, pourquoi tout cela est aussi régulé et structuré et pourquoi cela vaut-il la peine de s’y attarder pour « faire ça bien ».

Imaginons une situation plutôt évidente : vous habitez à Liège et par un beau samedi ensoleillé, vous décidez de vous rendre à Anvers. Malheureusement, lors de cette agréable journée, vous êtes blessé par une voiture et êtes emmené aux urgences d’un hôpital anversois…Bien loin de chez vous ! Comment l’hôpital peut-il s’occuper de vous efficacement en possédant toutes les informations ? Il existe trois cas de figures :

 

  1. L’hôpital crée un nouveau dossier pour vous. Les informations s’y trouvant sont rajoutées au fur et à mesure que les résultats d’une batterie de longs tests arrivent.
  2. L’hôpital vous demande directement, ou contacte un proche, votre médecin, afin de nourrir ce nouveau dossier.
  3. L’hôpital a accès à votre dossier médical, complet et mis à jour, que les médecins complèteront à leur tour une fois que vous aurez été traité.

Il semble évident que la troisième option est la plus appropriée, pertinente et efficace. Mais pour qu’elle soit effective et possible, il faut encore que tous les dossiers médicaux soient rassemblés sur une plateforme, que ces dossiers soient corrects et mis à jour régulièrement par les médecins, et évidemment qu’ils soient accessibles.

Bien. Maintenant, quels sont les points communs avec les étapes de la gestion de données mentionnées précédemment ?

Eh bien, pour rassembler les informations sur une plateforme, il est nécessaire de se pencher sur l’acquisition de données et savoir comment les stocker. Afin de s’assurer que les dossiers soient corrects, le processus de validation est essentiel. La mise à jour aura lieu durant les étapes d’acquisition mais également de stockage et de traitement. Quant à l’accessibilité, les processus de protection et de traitement de données permettront de s’assurer de la pertinence des données et de la manière façon de les utiliser. Bref, pour concrétiser ce projet de dossier médical, les étapes de la gestion de données sont nécessaires.

Comme l’exemple le démontre, la gestion de données est un processus continu qui gère l’accessibilité, la protection de données utiles et fiables des utilisateurs et permet l’évolution dans le temps de ces données et de la structure qui les accueille.

Rejoignez notre webinaire

Qui sera aux manettes ?

La gestion de données requiert une palette de compétences assez étendue, qui n’est donc pas entre les mains d’une seule et unique personne… Tout le business doit être impliqué dans le processus de gestion de données puisque ces personnalités participent également à l’utilisation des data. Ne pas faire intervenir les personnes compétentes et ne pas communiquer sur l’utilisation des données en externe provoquent de nombreux risques en termes de réputation, de confiance du client. De plus, encadré par le RGPD, le domaine peut également amener des amendes… Il vaut mieux donc se pencher sur le processus en amont, non ?

Quelles questions se poser ?

Petit tour d’horizon des étapes du data management

Acquisition des données

Acquérir des données, cela revient également à se demander quelles données collecter, comment et la forme sous laquelle stocker ces données. Pour pouvoir acquérir des données pertinentes, encore faut-il savoir l’objectif visé et les moyens et limitations face auxquels vous êtes. Tout dépend très souvent du budget et surtout, de discussions et accords en interne, pas seulement au niveau de l’équipe business mais, bien entendu, en prenant en compte l’avis et les recommandations de l’équipe IT. De plus, pour l’utilisation visée des données acquises, les juristes de l’entreprise ou une consultance légale seront essentiels afin de s’assurer de ce qui est permis de faire avec la data obtenue.

Validation des données

La validation correspond à l’étape de vérification des données et les éventuelles corrections à mettre en oeuvre pour se retrouver face à des données fiables. Cette étape permet de limiter les erreurs basées sur des informations erronées, tels que les erreurs typographiques ou de formatages. Pour réparer certaines erreurs, il se peut que vous deviez faire appel à une personne « de métier », compétente dans le domaine précis. Vous ne vous tournerez pas vers un expert bancaire pour vérifier les données d’un dossier médical, mais plutôt vers un professionnel de la santé… Non ?

Stockage des données

Pour optimiser le stockage des données, l’équipe IT aura besoin de spécifier le type de données à stocker : nombres entiers ou décimaux ? Chaîne de caractère de courte ? De même, elle aura besoin de pouvoir estimer la quantité initiale de données et la vitesse d’accumulation de nouvelles, afin de savoir vers quelle architecture informatique se tourner (software ou hardware).

Cependant, comme mentionné précédemment, le RGPD a amené de nouvelles contraintes et dans le cas du stockage, la protection des données et le traitement peuvent modifier la façon d’appréhender les modalités de stockage. Cela passe notamment par le temps de conservation des données: certaines régulations forcent en effet les data managers à se débarrasser de certains types de data après une certaine période de temps ou selon certains critères. Ici, à nouveau, le business seul ne pourra prendre ces décisions : tant l’équipe IT qu’un juriste seront essentiels pour tacler ces sujets et éviter sanctions juridiques et amendes.

Vous faites quoi, le 18 mars?

Protection des données

Vous doutez encore de l’importance de la protection des données ? Imaginez que vous perdiez ces précieuses informations : que pensera votre client ? qu’adviendra-t-il de votre contrat avec lui ? et de votre réputation ?

Maintenant que nous sommes d’accord sur ce point, encore faut-il se tourner vers les bons outils. Le service IT devrait pouvoir orienter votre recherche et vous aider dans cette décision.

Traitement des données

Par traitement de données, on entend l’utilisation et la création de nouvelles données. Des personnes possédant des compétences juridiques vont permettre d’éclaircir le cadre de traitement de données. Si de nouvelles données sont créées à la suite de cette phase de traitement de données, il sera important de prévoir comment ces nouvelles données peuvent être utilisées et de reprendre la réflexion.

Outils, Suivi, Accompagnement, Conseils... Mielabelo.

Parce qu’il n’est pas toujours simple de faire adopter de nouvelles pratiques, de nouveaux outils, et de nouvelles réflexions, Mielabelo peut être votre bras droit dans un tel projet, en vous conseillant, vous apportant des solutions, vous suggérant des outils…

Mais surtout, en comprenant vos besoins et en y répondant au mieux. La mise en place d’un processus de gestion de données est continue et itérative et demande une implication de différents acteurs : services IT, Business et juristes doivent avancer main dans la main pour garder l’objectif final en vue. Mais ce processus ne peut simplement être calqué sur celui d’un autre business : vous êtes unique et vos problématiques, challenges et défis le sont également. Connaître vos besoins, votre quotidien, vos objectifs et challenges permet de mieux cartographier le chemin à parcourir. Et pour avoir ce regard externe, cette vue hélicoptère englobant tout le processus, il vous faudrait peut-être, certainement, sans aucun doute, une personne de confiance, s’intéressant de près à votre société et impliquée dans votre projet. Ca tombe plutôt bien, car c’est ce qui motive les consultants Mielabelo : partager leur expertise pour servir votre besoin, au plus proche de votre réalité.

Besoin de nous ? Faites-nous signe !

La covid19 et vos habitudes de travail

By | Info Sec

Vos réflexions sur la crise sanitaire et le travail

Sur base d’un sondage réalisé en septembre 2020, au lendemain du premier confinement belge, il a été essentiel à nos yeux d’identifier des pistes pour la gestion des équipes à distance dans ce contexte de « nouvelle normalité » de travail. Ce sondage a permis, entre autres, d’identifier les nouveaux comportements mais également les craintes tout à fait neuves qui ont émergés depuis le début de l’année 2020.

Les collègues, mais également les équipes et donc, les managers ont du très rapidement s’adapter et développer de nouvelles façons de gérer leurs équipes. Les répondants à notre enquête sont des travailleurs du secteur public, des indépendants; occupant les fonctions de manager mais également ouvriers et employés : en effet, tous les postes et tous les niveaux de hiérarchie ont été concernés par les nouvelles mesures de travail à adopter au quoditien. Personne n’a échappé au télétravail, aux conférences en ligne, aux contacts sociaux réduits.

Les cibles et leurs habitudes

Dans les institutions rencontrées, beaucoup de responsables ont noté qu’avoir instauré le télétravail à plus forte fréquence qu’auparavant était tout neuf. Mais il a été intéressant de noter que cette pratique de homeworking était déjà régulièrement adoptée par certains travailleurs, à raison de un à deux jours par semaine, dans certains cas. Ici, l’obligation de l’adopter de manière permanente a permis de mettre en exergue tant les points forts de cette nouvelle pratique de travail que les faiblesses.

En général – à raison de 70% -, les participants ont souligné apprécier l’autonomie permise grâce au télétravail mais les plus gros points faibles soulignés ont, sans surprise, été la qualité du matériel informatique et la séparation entre vie privée et vie professionnelle plus complexe à gérer dans une telle situation. Il n’a pas été rare de constater que les horaires flexibles et parfois très variables du à la gestion des familles (enfants, etc.) ont entraîné des sentiments de culpabilité lors de la déconnexion ou une difficulté à rester productif tout au long de sa journée de travail. Ceci peut en effet avoir un impact sur le bien-être et la satisfaction du travailleur. Cette arythmie dans le travail, en plus d’une volonté voire un impératif de maîtriser rapidement les nouveaux outils et compétences, sont des éléments critiques de la nouvelle normalité imposée par la covid19.

Télétravail...et liberté ?

Oui, mais voilà : le télétravail a permis de se sentir plus libre dans la gestion de son temps de travail et de pouvoir augmenter l’autonomie dans la gestion de ses projets. Il en ressort que les répondants se sentent satisfaits de télétravailler.

Malgré tout, le système de réunions transposées en vidéo-conférences semble encore devoir subir des améliorations afin d’être moins chronophages et plus efficaces, puisque beaucoup ont souligné l’utilisation intensive des réunions virtuelles freinant parfois la productivité et l’élan de motivation du travailleur.

C’est régulièrement le secteur public qui se montre plus frileux à l’idée de maintenir des réunions virtuelles pour faire avancer les projets.

La technologie, pas pour tous

Qui dit nouvelle pratique, dit nouveaux outils. La plupart de ces outils étant dépendant d’Internet, de la technologie, il est évident que de nouveaux apprentissages sont essentiels. C’est souvent ces nouveautés qui inquiètent les travailleurs : et si l’adoption de nouveaux outils est plus lente pour certains que pour d’autres ? Vont-ils être susceptibles de perdre leur emploi ? Tous les business savent-ils survivre en télétravail ?

Les mentalités changent et avec elles, les cultures d’entreprise s’adaptent. Si les travailleurs doivent faire preuve de flexibilité et d’agilité, ils s’attendent également à ce que ces habitudes de travail touchent aussi les mentalités de leurs managers.

Et demain ?

Actuellement, la pratique de télétravail s’est imposée et ce, même si certains points comportent des faiblesses. En effet, sans nier le manque de contacts sociaux qu’entraîne les habitudes de télétravail, les travailleurs restent encore très craintifs quant à l’incertitude liée au virus : qu’en est-il de l’exposition sur le lieu de travail ? qu’en est-il des acquis offerts par le télétravail (flexibilité, autonomie, gain de temps puisque moins de trajets, outils de productivité, etc.) ?

Une chose est sûre : ce nouveau paradigme de travail est là et ne peut être évité ni ignoré. Les responsables d’équipes et de départements se doivent de prendre conscience de ces nouveaux outils et les valoriser au lieu de les subir et les faire subir à leurs membres.

Envie d'en discuter avec nous ? Contactez-nous !

DSI Service Informatique

Big Data, 3V, RGPD

By | Conformité, Gouvernance, Info Sec, IT, Sécurité de l'information

Aujourd’hui (plus que jamais, homeworking oblige), vous utilisez votre ordinateur au quotidien et cette technologie est devenue essentielle dans le traitement des données. Tout peut être tracé, observé. « Tout » représente un amas de données disponibles et accessibles pour les entreprises désireuses d’en savoir plus, toujours plus sur leurs audiences et de pouvoir entrer en contact avec elles à tout moment et facilement. Mais le RGPD vient modifier sensiblement les règles du jeu. Pourtant, les outils vous permettent beaucoup de choses. C’est beau, la technologie.

DSI Service Informatique

Les challenges de votre service IT

Pourtant, là où cette masse d’informations représente une mine d’or pour certains métiers – les marketeurs notamment -, il s’agit d’un véritable challenge pour d’autres: on pense notamment à votre service IT. Face à des usages et outils traditionnels qui ne peuvent s’adapter rapidement et leur offrir un appui vital, c’est la panique ! Ou pas, car les « Big Data Technologies » sont là pour sauver la mise !

Toutefois, nous utilisons souvent des termes en n’ayant qu’une vague idée de leur portée et signification réelle. « Big Data », de nos jours, représente pour certains le nouvel or et pour d’autres, une vague notion de données et d’informatiques cachées sous des technologies inconnues et dont l’objectif est difficile à saisir. En quelques mots, la notion de Big Data englobe toutes les pratiques de recherche, stockage, utilisation des données récoltées. Et, souvent, le Big Data va de pair avec les « trois V » : volume, vélocité, variété.

Volume, Vélocité, Variété... Et Valeurs ?!

Volume

On entend par « volume », la masse de données qui ont été générées sur les divers appareils et plateformes : téléphones, photographies, messageries, réseaux sociaux, localisation GPS, etc.

Vélocité

Pas besoin d’attendre longtemps avant de voir ces données générées, collectées et circulées.

Variété

Le paysage des données est bien plus varié qu’auparavant. Les données structurées ne sont plus les seules à dominer. A côté, nous retrouvons aussi des données plutôt déstructurées telles que les fichiers audio, les images, etc.

Oui, mais voilà. Avoir beaucoup de données variées et rapidement générées, c’est bien.

Avoir toutes ces données sans qu’elles n’aient véritablement de valeurs, cependant, c’est dommage, voire inutile. Alors, dans votre collecte de données, gardez bien cette notion en tête.

Le RGPD face au Big Data

Pour les uns, le RGPD vient protéger les données et offrir un cadre réglementé aux vilaines entreprises qui acquièrent, amassent et observent. Pour les autres, le RGPD est contraignant et représente un frein à la liberté d’entreprendre et donc, de pouvoir entrer et rester en contact avec ses clients.

Les deux sont-ils vraiment forcés de se développer dans une relation si conflictuelle ? Pas sûr, car là où le Big Data permet la captation de données pour offrir à terme entre autres, une optimisation des processus et une expérience client améliorée; le RGPD permet de cadrer les règles du jeu et d’ouvrir la voie à l’utilisation de données pertinentes.

Parmi ces 3 V, nous pourrions alors considérer que la Vitesse et la Variété priment. Le Volume lui, considérable, impressionnant même, se doit d’être réduit. On filtre, avant d’analyser véritablement de manière pertinente, car toutes les données ne vont pas servir votre objectif. Alors, désormais, l’impératif est au tri, au recyclage, à la conservation bien pensée : oui, vous avez besoin de données; mais ne gardez que l’essentiel !

Quel outil et quel accompagnement ?

Avant d’investir dans des projets de collecte de données, sachez ce que vous voulez découvrir et comment vous voulez et pouvez les utiliser. Parce que, bien évidemment, l’utilisation de ces pépites est régularisée alors pas la peine de penser à en faire n’importe quoi n’importe comment !

Une fois que ceci est bien intégré, encore faut-il comprendre qu’au vu de la variété et de la rapidité des échanges de données, on ne peut compter sur l’utilisation d’outils devenus obsolètes avec le temps. Le monde change, et avec lui, les outils et pratiques pour s’y adapter.

Une chance que nous vous en proposions pour vous accompagner dans vos challenges technologiques, n’est-ce pas ?