Category

Info Sec

De la mise en conformité à la gestion de données

By | Conformité, Continuité/Gestion des risques, Info Sec, IT

La gestion de données, vous en entendez parler, mais vous pensez systématiquement à de l’archivage ou du classement de data. Et pourtant ! Ce n’est pas aussi basique et simple que ça: le monde évolue et avec lui, les pratiques de gestion de données. Ce sont nos consultants Mielabelo qui en parlent le mieux. Alors, à l’occasion de notre webinaire RGPD 4.0., Raphaël Léonard et Soufiane Zahid vous disent tout ce qu’il y a à savoir sur la gestion de données. Et pour en savoir plus, il ne vous restera qu’à nous faire signe ! 

RGPD 4.0., le 18/03

Gestion de données 101

Concrètement, la gestion de données doit être envisagée comme un processus continu : il ne s’agit pas de rangement de data, vite fait, bien fait et voilà, au revoir et merci. Le processus de gestion de données couvre 5 sous-domaines, chacun ayant un rôle et des propriétés spécifiques. Parmi ces sous catégories, on retrouve : l’acquisition, la validation, le stockage, la protection et le traitement.

Souvent, pourtant, le marketeur ou le gestionnaire de données peut se demander pourquoi entamer un processus si précis dans son entreprise, pourquoi tout cela est aussi régulé et structuré et pourquoi cela vaut-il la peine de s’y attarder pour « faire ça bien ».

Imaginons une situation plutôt évidente : vous habitez à Liège et par un beau samedi ensoleillé, vous décidez de vous rendre à Anvers. Malheureusement, lors de cette agréable journée, vous êtes blessé par une voiture et êtes emmené aux urgences d’un hôpital anversois…Bien loin de chez vous ! Comment l’hôpital peut-il s’occuper de vous efficacement en possédant toutes les informations ? Il existe trois cas de figures :

 

  1. L’hôpital crée un nouveau dossier pour vous. Les informations s’y trouvant sont rajoutées au fur et à mesure que les résultats d’une batterie de longs tests arrivent.
  2. L’hôpital vous demande directement, ou contacte un proche, votre médecin, afin de nourrir ce nouveau dossier.
  3. L’hôpital a accès à votre dossier médical, complet et mis à jour, que les médecins complèteront à leur tour une fois que vous aurez été traité.

Il semble évident que la troisième option est la plus appropriée, pertinente et efficace. Mais pour qu’elle soit effective et possible, il faut encore que tous les dossiers médicaux soient rassemblés sur une plateforme, que ces dossiers soient corrects et mis à jour régulièrement par les médecins, et évidemment qu’ils soient accessibles.

Bien. Maintenant, quels sont les points communs avec les étapes de la gestion de données mentionnées précédemment ?

Eh bien, pour rassembler les informations sur une plateforme, il est nécessaire de se pencher sur l’acquisition de données et savoir comment les stocker. Afin de s’assurer que les dossiers soient corrects, le processus de validation est essentiel. La mise à jour aura lieu durant les étapes d’acquisition mais également de stockage et de traitement. Quant à l’accessibilité, les processus de protection et de traitement de données permettront de s’assurer de la pertinence des données et de la manière façon de les utiliser. Bref, pour concrétiser ce projet de dossier médical, les étapes de la gestion de données sont nécessaires.

Comme l’exemple le démontre, la gestion de données est un processus continu qui gère l’accessibilité, la protection de données utiles et fiables des utilisateurs et permet l’évolution dans le temps de ces données et de la structure qui les accueille.

Rejoignez notre webinaire

Qui sera aux manettes ?

La gestion de données requiert une palette de compétences assez étendue, qui n’est donc pas entre les mains d’une seule et unique personne… Tout le business doit être impliqué dans le processus de gestion de données puisque ces personnalités participent également à l’utilisation des data. Ne pas faire intervenir les personnes compétentes et ne pas communiquer sur l’utilisation des données en externe provoquent de nombreux risques en termes de réputation, de confiance du client. De plus, encadré par le RGPD, le domaine peut également amené des amendes… Il vaut mieux donc se pencher sur le processus en amont, non ?

Quelles questions se poser ?

Petit tour d’horizon des étapes du data management

Acquisition des données

Acquérir des données, cela revient également à se demander quelles données collecter, comment et la forme sous laquelle stocker ces données. Pour pouvoir acquérir des données pertinentes, encore faut-il savoir l’objectif visé et les moyens et limitations face auxquels vous êtes. Tout dépend très souvent du budget et surtout, de discussions et accords en interne, pas seulement au niveau de l’équipe business mais, bien entendu, en prenant en compte l’avis et les recommandations de l’équipe IT. De plus, pour l’utilisation visée des données acquises, les juristes de l’entreprise ou une consultance légale seront essentiels afin de s’assurer de ce qui est permis de faire avec la data obtenue.

Validation des données

La validation correspond à l’étape de vérification des données et les éventuelles corrections à mettre en oeuvre pour se retrouver face à des données fiables. Cette étape permet de limiter les erreurs basées sur des informations erronées, tels que les erreurs typographiques ou de formatages. Pour réparer certaines erreurs, il se peut que vous deviez faire appel à une personne « de métier », compétente dans le domaine précis. Vous ne vous tournerez pas vers un expert bancaire pour vérifier les données d’un dossier médical, mais plutôt vers un professionnel de la santé… Non ?

Stockage des données

Pour optimiser le stockage des données, l’équipe IT aura besoin de spécifier le type de données à stocker : nombres entiers ou décimaux ? Chaîne de caractère de courte ? De même, elle aura besoin de pouvoir estimer la quantité initiale de données et la vitesse d’accumulation de nouvelles, afin de savoir vers quelle architecture informatique se tourner (software ou hardware).

Cependant, comme mentionné précédemment, le RGPD a amené de nouvelles contraintes et dans le cas du stockage, la protection des données et le traitement peuvent modifier la façon d’appréhender les modalités de stockage. Cela passe notamment par le temps de conservation des données: certaines régulations forcent en effet les data managers à se débarrasser de certains types de data après une certaine période de temps ou selon certains critères. Ici, à nouveau, le business seul ne pourra prendre ces décisions : tant l’équipe IT qu’un juriste seront essentiels pour tacler ces sujets et éviter sanctions juridiques et amendes.

Vous faites quoi, le 18 mars?

Protection des données

Vous doutez encore de l’importance de la protection des données ? Imaginez que vous perdiez ces précieuses informations : que pensera votre client ? qu’adviendra-t-il de votre contrat avec lui ? et de votre réputation ?

Maintenant que nous sommes d’accord sur ce point, encore faut-il se tourner vers les bons outils. Le service IT devrait pouvoir orienter votre recherche et vous aider dans cette décision.

Traitement des données

Par traitement de données, on entend l’utilisation et la création de nouvelles données. Des personnes possédant des compétences juridiques vont permettre d’éclaircir le cadre de traitement de données. Si de nouvelles données sont créées à la suite de cette phase de traitement de données, il sera important de prévoir comment ces nouvelles données peuvent être utilisées et de reprendre la réflexion.

Outils, Suivi, Accompagnement, Conseils... Mielabelo.

Parce qu’il n’est pas toujours simple de faire adopter de nouvelles pratiques, de nouveaux outils, et de nouvelles réflexions, Mielabelo peut être votre bras droit dans un tel projet, en vous conseillant, vous apportant des solutions, vous suggérant des outils…

Mais surtout, en comprenant vos besoins et en y répondant au mieux. La mise en place d’un processus de gestion de données est continue et itérative et demande une implication de différents acteurs : services IT, Business et juristes doivent avancer main dans la main pour garder l’objectif final en vue. Mais ce processus ne peut simplement être calqué sur celui d’un autre business : vous êtes unique et vos problématiques, challenges et défis le sont également. Connaître vos besoins, votre quotidien, vos objectifs et challenges permet de mieux cartographier le chemin à parcourir. Et pour avoir ce regard externe, cette vue hélicoptère englobant tout le processus, il vous faudrait peut-être, certainement, sans aucun doute, une personne de confiance, s’intéressant de près à votre société et impliquée dans votre projet. Ca tombe plutôt bien, car c’est ce qui motive les consultants Mielabelo : partager leur expertise pour servir votre besoin, au plus proche de votre réalité.

Besoin de nous ? Faites-nous signe !

La covid19 et vos habitudes de travail

By | Info Sec

Vos réflexions sur la crise sanitaire et le travail

Sur base d’un sondage réalisé en septembre 2020, au lendemain du premier confinement belge, il a été essentiel à nos yeux d’identifier des pistes pour la gestion des équipes à distance dans ce contexte de « nouvelle normalité » de travail. Ce sondage a permis, entre autres, d’identifier les nouveaux comportements mais également les craintes tout à fait neuves qui ont émergés depuis le début de l’année 2020.

Les collègues, mais également les équipes et donc, les managers ont du très rapidement s’adapter et développer de nouvelles façons de gérer leurs équipes. Les répondants à notre enquête sont des travailleurs du secteur public, des indépendants; occupant les fonctions de manager mais également ouvriers et employés : en effet, tous les postes et tous les niveaux de hiérarchie ont été concernés par les nouvelles mesures de travail à adopter au quoditien. Personne n’a échappé au télétravail, aux conférences en ligne, aux contacts sociaux réduits.

Les cibles et leurs habitudes

Dans les institutions rencontrées, beaucoup de responsables ont noté qu’avoir instauré le télétravail à plus forte fréquence qu’auparavant était tout neuf. Mais il a été intéressant de noter que cette pratique de homeworking était déjà régulièrement adoptée par certains travailleurs, à raison de un à deux jours par semaine, dans certains cas. Ici, l’obligation de l’adopter de manière permanente a permis de mettre en exergue tant les points forts de cette nouvelle pratique de travail que les faiblesses.

En général – à raison de 70% -, les participants ont souligné apprécier l’autonomie permise grâce au télétravail mais les plus gros points faibles soulignés ont, sans surprise, été la qualité du matériel informatique et la séparation entre vie privée et vie professionnelle plus complexe à gérer dans une telle situation. Il n’a pas été rare de constater que les horaires flexibles et parfois très variables du à la gestion des familles (enfants, etc.) ont entraîné des sentiments de culpabilité lors de la déconnexion ou une difficulté à rester productif tout au long de sa journée de travail. Ceci peut en effet avoir un impact sur le bien-être et la satisfaction du travailleur. Cette arythmie dans le travail, en plus d’une volonté voire un impératif de maîtriser rapidement les nouveaux outils et compétences, sont des éléments critiques de la nouvelle normalité imposée par la covid19.

Télétravail...et liberté ?

Oui, mais voilà : le télétravail a permis de se sentir plus libre dans la gestion de son temps de travail et de pouvoir augmenter l’autonomie dans la gestion de ses projets. Il en ressort que les répondants se sentent satisfaits de télétravailler.

Malgré tout, le système de réunions transposées en vidéo-conférences semble encore devoir subir des améliorations afin d’être moins chronophages et plus efficaces, puisque beaucoup ont souligné l’utilisation intensive des réunions virtuelles freinant parfois la productivité et l’élan de motivation du travailleur.

C’est régulièrement le secteur public qui se montre plus frileux à l’idée de maintenir des réunions virtuelles pour faire avancer les projets.

La technologie, pas pour tous

Qui dit nouvelle pratique, dit nouveaux outils. La plupart de ces outils étant dépendant d’Internet, de la technologie, il est évident que de nouveaux apprentissages sont essentiels. C’est souvent ces nouveautés qui inquiètent les travailleurs : et si l’adoption de nouveaux outils est plus lente pour certains que pour d’autres ? Vont-ils être susceptibles de perdre leur emploi ? Tous les business savent-ils survivre en télétravail ?

Les mentalités changent et avec elles, les cultures d’entreprise s’adaptent. Si les travailleurs doivent faire preuve de flexibilité et d’agilité, ils s’attendent également à ce que ces habitudes de travail touchent aussi les mentalités de leurs managers.

Et demain ?

Actuellement, la pratique de télétravail s’est imposée et ce, même si certains points comportent des faiblesses. En effet, sans nier le manque de contacts sociaux qu’entraîne les habitudes de télétravail, les travailleurs restent encore très craintifs quant à l’incertitude liée au virus : qu’en est-il de l’exposition sur le lieu de travail ? qu’en est-il des acquis offerts par le télétravail (flexibilité, autonomie, gain de temps puisque moins de trajets, outils de productivité, etc.) ?

Une chose est sûre : ce nouveau paradigme de travail est là et ne peut être évité ni ignoré. Les responsables d’équipes et de départements se doivent de prendre conscience de ces nouveaux outils et les valoriser au lieu de les subir et les faire subir à leurs membres.

Envie d'en discuter avec nous ? Contactez-nous !

DSI Service Informatique

Big Data, 3V, RGPD

By | Conformité, Gouvernance, Info Sec, IT, Sécurité de l'information

Aujourd’hui (plus que jamais, homeworking oblige), vous utilisez votre ordinateur au quotidien et cette technologie est devenue essentielle dans le traitement des données. Tout peut être tracé, observé. « Tout » représente un amas de données disponibles et accessibles pour les entreprises désireuses d’en savoir plus, toujours plus sur leurs audiences et de pouvoir entrer en contact avec elles à tout moment et facilement. Mais le RGPD vient modifier sensiblement les règles du jeu. Pourtant, les outils vous permettent beaucoup de choses. C’est beau, la technologie.

DSI Service Informatique

Les challenges de votre service IT

Pourtant, là où cette masse d’informations représente une mine d’or pour certains métiers – les marketeurs notamment -, il s’agit d’un véritable challenge pour d’autres: on pense notamment à votre service IT. Face à des usages et outils traditionnels qui ne peuvent s’adapter rapidement et leur offrir un appui vital, c’est la panique ! Ou pas, car les « Big Data Technologies » sont là pour sauver la mise !

Toutefois, nous utilisons souvent des termes en n’ayant qu’une vague idée de leur portée et signification réelle. « Big Data », de nos jours, représente pour certains le nouvel or et pour d’autres, une vague notion de données et d’informatiques cachées sous des technologies inconnues et dont l’objectif est difficile à saisir. En quelques mots, la notion de Big Data englobe toutes les pratiques de recherche, stockage, utilisation des données récoltées. Et, souvent, le Big Data va de pair avec les « trois V » : volume, vélocité, variété.

Volume, Vélocité, Variété... Et Valeurs ?!

Volume

On entend par « volume », la masse de données qui ont été générées sur les divers appareils et plateformes : téléphones, photographies, messageries, réseaux sociaux, localisation GPS, etc.

Vélocité

Pas besoin d’attendre longtemps avant de voir ces données générées, collectées et circulées.

Variété

Le paysage des données est bien plus varié qu’auparavant. Les données structurées ne sont plus les seules à dominer. A côté, nous retrouvons aussi des données plutôt déstructurées telles que les fichiers audio, les images, etc.

Oui, mais voilà. Avoir beaucoup de données variées et rapidement générées, c’est bien.

Avoir toutes ces données sans qu’elles n’aient véritablement de valeurs, cependant, c’est dommage, voire inutile. Alors, dans votre collecte de données, gardez bien cette notion en tête.

Le RGPD face au Big Data

Pour les uns, le RGPD vient protéger les données et offrir un cadre réglementé aux vilaines entreprises qui acquièrent, amassent et observent. Pour les autres, le RGPD est contraignant et représente un frein à la liberté d’entreprendre et donc, de pouvoir entrer et rester en contact avec ses clients.

Les deux sont-ils vraiment forcés de se développer dans une relation si conflictuelle ? Pas sûr, car là où le Big Data permet la captation de données pour offrir à terme entre autres, une optimisation des processus et une expérience client améliorée; le RGPD permet de cadrer les règles du jeu et d’ouvrir la voie à l’utilisation de données pertinentes.

Parmi ces 3 V, nous pourrions alors considérer que la Vitesse et la Variété priment. Le Volume lui, considérable, impressionnant même, se doit d’être réduit. On filtre, avant d’analyser véritablement de manière pertinente, car toutes les données ne vont pas servir votre objectif. Alors, désormais, l’impératif est au tri, au recyclage, à la conservation bien pensée : oui, vous avez besoin de données; mais ne gardez que l’essentiel !

Quel outil et quel accompagnement ?

Avant d’investir dans des projets de collecte de données, sachez ce que vous voulez découvrir et comment vous voulez et pouvez les utiliser. Parce que, bien évidemment, l’utilisation de ces pépites est régularisée alors pas la peine de penser à en faire n’importe quoi n’importe comment !

Une fois que ceci est bien intégré, encore faut-il comprendre qu’au vu de la variété et de la rapidité des échanges de données, on ne peut compter sur l’utilisation d’outils devenus obsolètes avec le temps. Le monde change, et avec lui, les outils et pratiques pour s’y adapter.

Une chance que nous vous en proposions pour vous accompagner dans vos challenges technologiques, n’est-ce pas ?

Webinaire

La mise sous contrôle des trajets de conformité

By | Conformité, Gouvernance, Info Sec, Nos compétences, Opex, Qualité/Validation

Le 4 février dernier, Mielabelo s’est réuni avec notre partenaire Smart Global Governance.

L’objectif ? Vous offrir un retour sur les trajets de mises en conformité. Ce partenariat permet d’aller un cran plus loin ! En effet, nous vous proposons de découvrir des solutions souples, agiles et évolutives et une plateforme permettant un plan de route clair et précis.

A cet effet, Olivier Guillo de Smart Global Governance et notre expert Information et Sécurité Xavier Vecchiato, se sont réunis avec Emmanuel Jaunart pour vous présenter en un webinaire succinct sur la mise sous contrôle des trajets de conformité.

Vous avez raté l’occasion de nous rencontrer en ligne et de suivre le webinaire ? Pas de panique, le replay est disponible.

Pourquoi se pencher sur Smart Global Governance ?

L’objectif de SGG est évident : simplifier et optimiser la conformité et les contrôles pour augmenter la qualité et votre productivité. Facile à utiliser et conforme aux normes, SGG est un outil efficace et essentiel qui facilitera sans aucun doute votre quotidien.

Quelle approche ? 

Bien loin de venir pour tout chambouler dans votre quotidien, SGG accentue l’interopérabilité entre les applications existantes dans votre stack. SGG permet en effet la connexion sur Office, SalesForce, Oracle, etc. Parce que Mielabelo et Smart Global Governance savent que les problèmes liés à la mise en conformité sont nombreux et peuvent être chronophages, nous avons concrétisé en une session de 30 minutes la découverte de l’outil SGG dont l’objectif est de permettre de simplifier et gagner du temps sur le pilotage de votre trajet RGPD.

RGPD IMG

20 000 utilisateurs sont déjà conquis par Smart Global Governance

Pourquoi ? 

Pour automatiser et rationaliser la mise en conformité. Cela permettra de ne pas être submergé par la masse d’informations et de tâches à planifier.

Comment ? 

L’engagement de la direction est vital afin d’assurer le bon déroulement de ce trajet d’amélioration continu. Les choses changeront constamment, et chaque acteur devra être conscient de l’importance de prouver sa conformité. Toutes les lignes sont concernées.

Quelles étapes ? 

Il y a bien entendu beaucoup de questions à se poser dès le début : qui, comment, et avec quels outils. Définir et assurer la gouvernance de la conformité ambitionnée sont des étapes essentielles afin de pouvoir la mener à bien.

Et après ?

La mise en conformité est un processus en amélioration continue qui touche toutes les organisations. L’outil va alors permettre au responsable, au DPO, etc. de maintenir la conformité en cas d’incidents, en cas de violation, etc.

Quoi ?

Chez Mielabelo, nous sommes convaincus que face à de tels challenges, la collaboration est essentielle. C’est pourquoi, en complément de cet outil de pilotage, nous pensons qu’il est vital de pouvoir compter sur l’expertise de nos consultants expérimentés, disponibles et pointilleux.

Qui ?

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter !

Découvrir Smart Global Governance

La protection des données est l’écologie de demain !

By | Conformité, Direction Exploitation, Direction Générale, Gestion de projets, Info Sec, IT, Public/Institutions, Sécurité de l'information

Le RGPD
a initié une lame de fond sans fin !

 

L’obligation légale n’est que la partie visible d’une transformation et d’une opportunité infiniment plus stratégiques.

Premier domino d’une longue série, le trajet de conformité a vécu. La loi devient peu à peu un réflexe, le sujet s’insinue déjà dans les esprits. Cela commence par quelques réflexions en réunion opérationnelle, cela finira un jour en réflexion stratégique. Le changement est en marche.

La question des données à caractère personnel gagne du terrain et s’arrogera un jour son propre territoire. Elle s’affranchira du cadre juridique pour embrasser la question holistique de la donnée, pièce centrale de l’échiquier de la pérennité, clé de voûte d’une société digitale et connectée, plus encore depuis la Covid-19

Ce qui ressemble aujourd’hui à une « simple » mise en conformité représentera bientôt un enjeu comparable à la protection de l’environnement ;

  • une science devenue une doctrine
  • une « conscientisation sociétale » devenue obligation règlementaire et transcendée, par les plus visionnaires, en puissant vecteur de croissance et d’image de marque.

Quand les gestionnaires réagissent à la contrainte RGPD pour éviter une sanction à court terme, les visionnaires intègrent une dimension supplémentaire dans leur stratégie et leur culture d’entreprise pour saisir une opportunité à long terme.

Et vous, que faites - vous ?

Voyons plus loin pour construire ensemble votre avenir

Au travers de ses missions d’accompagnement, Mielabelo réalise les difficultés des organisations pour intégrer ces multiples dimensions de la question des données (personnelles et autres) :

1

Disposer de toutes les compétences techniques

Trouver les experts et l’expertise sur certains points techniques, juridiques ou d’organisation

La mise en conformité RGPD est une obligation légale qui a des répercussions techniques, organisationnelles et administratives sur les collaborateurs et les partenaires.  Elle requiert à la fois des compétences juridiques, en sécurité de l’information et en gestion des données.  Même doté d’un DPO attitré, interne ou externe, l’organisation va être confrontée à une série de défis et de questions dont les réponses sont impossibles à rassembler en une seule personne.

Notre pratique journalière de la mise en conformité RGPD nous a permis de réunir une palette d’experts dans les matières ressources et de constituer une base de connaissances, de documents et de méthodes.

2

Trouver l’outil de pilotage et de suivi 

Structurer et organiser les éléments de la mise en conformité

Un trajet RGPD implique de nombreuses personnes dans de multiples dimensions (juridiques, techniques, administratives).  Son pilotage n’est pas aisé dans la durée.   Le DPO doit disposer d’un système de gestion de son RGPD que ce soit pour son registre de traitements, son plan d’action, la gestion de ses sous-traitants, des violations, etc.

Faute d’une plateforme de gestion efficace, ergonomique et dotée de réels tableaux de bord, ce pilotage devient vite impossible à assurer correctement. Le projet s’enlise, perd en pertinence et en clarté.

Les outils classiques n’offrent pas de réponse adaptée en termes de convivialité, visualisation et agilité et le trajet RGPD s’enlise.  Smart Global Governance est un des leaders mondiaux des outils de gouvernance de la conformité et Mielabelo son partenaire de coeur (en savoir plus).

3

Créer une culture interne de la donnée

Changer les comportement et les habitudes

Au-delà des obligations légales qu’elles génèrent, les données (à caractère personnel ou autres) constituent également un actif-clé pour l’avenir des organisations. Correctement traitées, elles peuvent générer de nombreux avantages (productivité, meilleur service, image de marque, …).

Loin de l’exercice initial de conformité, les organisations doivent entamer une prise de conscience de leur capital « données » pour laquelle leur structure, et chacun de ses membres, doivent adapter leurs comportements.

Pour créer ce changement de culture, il faudra sensibiliser tous les intervenants à la valeur de ces données et disposer pour cela de solides compétences en sciences humaines et en expérience utilisateur.

We secure
your future

Mielabelo

Pour le  RGPD comme pour le reste, Mielabelo vous accompagne opération- nellement face à vos défis stratégiques.

Parce qu’assurer votre avenir, c’est garantir le nôtre, nous nous battons au quotidien à vos côtés et formulons trois promesses :

 

Voir loin
Comprendre les enjeux à long terme des projets court terme.

Agir vite
Mettre les experts et l’expertise à disposition pour compléter vos équipes et concrétiser vos projets.  Prolonger notre conseil jusqu’au premier niveau d’intégration (formations et outils).

S’engager
Par-delà le savoir et la technique, l’état d’esprit des acteurs du projet fait la différence.  Pour créer de la valeur, nos experts cultivent des valeurs fortes (fierté de servir, volonté d’aboutir et courage de s’engager).

Nous ne sommes pas tous égaux devant le RGPD !

By | Conformité, Direction Exploitation, Direction Générale, Gestion de projets, Info Sec, IT, Public/Institutions, Sécurité de l'information

En mai 2018, le RGPD entrait en vigueur et imposait aux organisations publiques et privées leur mise en conformité sous peine d’amendes. Ce qui apparaissait comme un projet unique s’est révélé un trajet au long cours, une transformation lente des cultures et des habitudes autour d’un seul objectif : la protection des données à caractère personnel.

Près de trois ans plus tard, quelle est la situation ?

  • La sanction financière s’est doublée d’un risque non-négligeable de perte de réputation.
  • Beaucoup d’organisations n’ont pas terminé leur mise en conformité faute de compétences, de budget ou de personnes-ressources (DPD).
  • Certaines de ces organisations n’ont pas encore entamé leur mise en conformité alors que la protection des données est devenue une préoccupation de tous, que les plaintes émergent et que les sanctions commencent à tomber.

Comment permettre à toutes les organisations de se mettre en conformité ?

Mutualiser les coûts

soit au travers d’ateliers communs (les offres TEAM), soit en mettant à disposition un ensemble de ressources et de documentation déjà éprouvé sur le terrain.

Cette méthode facilitera la transmission du know-how et l’accompagnement nécessaire à la mise en conformité.

Soulager la structure

En réalisant pour vous les tâches techniques majeures (l’audit de votre sécurité informatique, réalisation du registre des traitements et fourniture des documents légaux requis). Nos consultants sont rompus à ces tâches. Nos approches ont été industrialisées et demandent moins d’énergie que si vous deviez les réaliser vous-même.

Externaliser certaines fonctions

En détachant un expert externe qui assumera la fonction Délégué à la Protection des Données (DPD) qui vous permettra de satisfaire aux obligations auprès de l’autorité de contrôle (APD),

ou en fournissant au responsable déjà en place le soutien requis au fil de l’eau

Offrir une solution adaptée à chaque situation

Fort de ces expériences de terrain, Mielabelo a imaginé des solutions « prêtes-à-porter » articulées autour de leurs besoins réels. Ces solutions sont adaptées à des publics-cibles en fonction de leur contexte, de leur complexité et de la maturité de leur conformité RGPD. Elles se déclinent au travers d’un contrat annuel avec un engagement de service sur 3 ans.

Quelles sont les quatre formules d’abonnement ?

TEAM

Des packs basés sur la mutualisation des interventions entre entités possédant des moyens très limités en termes de budget, de temps et de ressources.
A partir de 1650 €/an HTVA*

BOOST

Vous êtes déjà sur la route de la conformité mais le chemin est plus complexe que prévu !
Des packs avec des interventions dédiées par entités avec un schéma de mutualisation possible. 
Ce produit est particulièrement adapté aux entités fédérées ou fédérables au sein d’un groupement comme des hôpitaux ou au sein d’un territoire (Sociétés de logement, Villes/CPAS/Zone de Police, etc.)
A partir de 7250 €/an HTVA*

COMFORT

Vous avez très peu de moyens à investir dans votre mise en conformité et vous souhaitez l’externaliser.
Pas de souci, Mielabelo prend votre mise en conformité en charge de A à Z.
A partir de 11250 €/an HTVA*

COACH

Votre trajet est déjà bien avancé, voire finalisé.  Néanmoins, une assistance spécifique à votre organisation est requise pour optimiser votre trajet de mise en conformité et sa mise sous contrôle.     
Mielabelo vous apporte les expertises multidisciplinaires et l’outillage nécessaire.
A partir de 13650 €/an HTVA*
*Sur base d’un contrat de 3 ans.

Le volume de prestation est adapté en fonction de chaque produit. Mais la couverture reste très large et permet de vous mettre en règle par rapport aux exigences légales.

Vous voulez en savoir plus et rencontrer un expert pour établir la meilleure solution pour vous ? Envoyez-nous un message sur easy-rgpd@mielabelo.com

La protection des données dans les établissements scolaires

By | Conformité, Direction Exploitation, Direction Générale, Gestion de projets, Info Sec, IT, Public/Institutions, Sécurité de l'information

Depuis 2018, Le Règlement Général sur la Protection des Données à caractère personnel impose à toutes les organisations une mise en conformité sous peine d’amendes.  Au-delà de la sanction financière, la non-conformité RGPD expose aujourd’hui les contrevenants à un risque non-négligeable de perte de réputation vis-à-vis de leurs partenaires et de leurs clients.

Cette mise en conformité s’applique à toutes les formes d’organisations, sans restriction de taille ou de secteur.  Pour autant elles  ne partagent pas toutes les mêmes réalités face à cet enjeu.  Certaines sont plus rodées à ce type de problématique, elles disposent des ressources internes et externes nécessaires et leur culture d’entreprise leur offre l’agilité pour réagir rapidement.  Bon nombre d’autres acteurs économiques, même s’ils sont de gros consommateurs de données à caractère personnel, n’ont pas encore pu entamer ou terminer leur trajet de mise en conformité.

Parmi ceux-ci les établissements scolaires constituent un secteur qui mérite une attention toute particulière. 

De nombreuses données à caractère personnel y circulent sans que ces organisations ne disposent du temps, des budgets et des ressources techniques pour réaliser leur mise en conformité.  Pourtant, dans ce secteur encore plus qu’ailleurs, le risque de perte de réputation serait extrêmement préjudiciable.

Pour réussir la mise en conformité RGDP des établissements scolaires, Mielabelo tient compte de leurs réalités de terrain !

En quelques mois, l’établissement peut faire face à un contrôle éventuel de l’Autorité de Protection des Données, tout en poursuivant son plan de mise en conformité. 

Les experts Mielabelo accompagnent l’école dans le temps pour la mise en place du plan et le suivi annuel de la réglementation.

1. Ne pas surcharger les structures scolaires avec un projet supplémentaire

En réalisant directement les tâches techniques majeures, Mielabelo soulage les collaborateurs scolaires d’une charge de travail qu’ils ne pourraient pas absorber sans mettre en péril leur fonction de base.

2. Limiter le budget de mise en conformité en mutualisant les coûts

Au travers d’ateliers collectifs, regroupant plusieurs établissements scolaires, Mielabelo réduit la charge financière du projet.

3. Assurer le rôle de Délégué à la Protection des Données (DPD) imposé par la loi.

Toutes les organisations doivent renseigner leur Délégué à la Protection des Données, un expert certifié qui doit à la fois disposer de la connaissance technique et des ressources pour jouer pleinement le rôle que lui impose l’autorité de contrôle (APD).  En détachant un de ses experts internes, Mielabelo offre aux établissements scolaires la solution d’un DPD externe.

Pour accompagner les écoles face au RGPD, Mielabelo propose des formules d’abonnement spécifiques.

Découvrez plus de détails sur ce programme d’accompagnement en consultant notre brochure.

Enfin une plateforme centrale de gestion des conformités !

By | Banque/Assurance, Chimie, Conformité, Direction Exploitation, Direction Générale, Gestion de projets, Hospitalier, Industrie, Info Sec, IT, Logistique, Pharmaceutique, Production, Public/Institutions, Qualité, Sécurité de l'information, Transports Publics

Compliance
Comment automatiser vos mises en conformité actuelles et futures ?

L’inflation normative et législative ne connaîtra pas de ralentissement dans le futur, bien au contraire.  Face à la multiplication des règlementations sectorielles, locales ou internationales (ISO27001, SOX, RGPD, …), les organisations n’ont d’autre choix que d’automatiser leur mise en conformité.

Les outils classiques n’offrent pas toujours de réponses adaptées à cette problématique en termes de convivialité, visualisation et agilité.  Face aux enjeux actuels et futurs de la conformité, les entreprises ont besoin d’un support moderne leur permettant à la fois de :

  1. Visualiser clairement la progression de votre projet en temps réel
  2. Piloter l’avancement par l’assignation des tâches dans un calendrier
  3. Automatiser et intégrer tout nouveau référentiel de conformité

L’exemple spécifique du RGPD

L’arrivée récente des obligations légales du RGPD constitue un bon exemple de ces obstacles.  Depuis 2017, Mielabelo a accompagné plus d’une centaine d’organisations, publiques et privées, dans leur trajet RGPD.  Ces missions nous ont permis d’analyser les points de blocage de nos clients et, parmi eux, de souligner le besoin criant d’un outil de visualisation et de pilotage adapté aux réalités actuelles.

La mise en conformité RGPD poursuit deux objectifs, internes et externes.

Objectifs internes

  • Connaître et maîtriser les flux de traitement de données à caractère personnel.
  • Identifier les zones de risque.
  • Prendre les actions et les mesures nécessaires à la mise en conformité.

Objectifs externes

  • Etendre l’analyse et la mise en conformité de ces traitements en dehors de votre structure (site internet, sous-traitants, fournisseurs, ..).
  • Permettre la réponse aux demandes d’accès légitimes ainsi que la gestion des violations (plaintes)
  • Se préparer aux audits et contrôles des autorités de protection des données.

La mise en conformité RGPD d’une organisation est un projet d’ensemble.  Elle implique tous les départements et les collaborateurs d’une structure dans de multiples dimensions (juridiques, techniques, administratives).

Son pilotage dans la durée n’est pas chose aisée.  Au bout de quelques mois, les responsables du projet ont beaucoup de peine à disposer d’une vue claire sur l’état d’avancement et sur les prochaines étapes à franchir.

La solution Smart Global Governance (SGG)
Un seul outil pour visualiser et piloter vos mises en conformité en temps réel.

Pour permettre à ses clients de gérer au mieux leurs mises en conformité,  Mielabelo a retenu la solution partenaire Smart Global Governance (SGG).

Un outil de visualisation

  • Smart Global Governance (SGG) permet de cartographier facilement et rapidement les flux, les risques et les outils internes et externes impliqués.

Un outil de gestion

  • Gestion de projet : SGG permet d’assigner actions, tâches, responsables et échéances dans la mise en conformité.
  • Gestion des personnes : SGG permet d’avertir en temps réel les intervenants concernés par une déficience de traitement et de leur communiquer les actions correctives.

En savoir plus sur Smart Global Governance ? Planifions une démonstration

Les avantages d’une gestion de projet dédiée

Pour un abonnement annuel de 2.100 €/entité, votre organisation peut :

  • DEVENIR AUTONOME : implémenter une solution de pilotage 100% autonome de votre trajet RGPD
  • EMBARQUER LE PASSE : importer vos outils de suivi existants
  • GERER LE FUTUR : bénéficier d’une veille légale automatisée intégrée qui vous avertira des changements législatifs dans le temps.

RGPD « 2.0 », l’histoire continue !

By | Banque/Assurance, Chimie, Conformité, Direction Exploitation, Direction Générale, Gestion de projets, Hospitalier, Industrie, Info Sec, IT, Logistique, Pharmaceutique, Production, Public/Institutions, Qualité, Sécurité de l'information, Transports Publics

RGPD / Comment une réglementation fondatrice s’est-elle muée en rupture culturelle ?

 

Pour beaucoup d’entre nous, 2018 restera comme une année charnière en matière de protection des données à caractère personnel.  Le battage médiatique fut tel qu’aujourd’hui nul n’ignore plus l’entrée en vigueur du désormais célèbre Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), un outil législatif européen qui a induit une double prise de conscience.

La double prise de conscience liée au RGPD

1. Les impacts organisationnels du RGPD : la prise de conscience par les organisations de l’ampleur insoupçonnée des contraintes et des sanctions liées au traitement des données de citoyens européens

La mise en application du RGPD, en mai 2018, constitua un événement majeur pour tous les acteurs du monde économique belge.  Mais pourquoi le RGPD, un règlement qui confirme en grande partie une législation déjà existante, a t’il eu un impact aussi important dans les organisations ?

La crainte des lourdes sanctions financières réservées aux contrevenants ne fut sans doute pas étrangère à la prise de conscience qui s’est rapidement installée autour du RGPD.  Le législateur avait bien fait les choses et les montants évoqués (jusqu’à 4% du chiffre d’affaires mondial) avaient de quoi capter l’attention des managers les plus distraits. Depuis de grands acteurs privés ont senti passer le souffle des premiers boulets (1) mais la perspective d’amendes exorbitantes a peu à peu cédé sa place dans l’inconscient collectif à un autre péril, bien plus dommageable….

(1) : C’est notamment le cas en France où la CNIL a sanctionné Google de plusieurs dizaines de millions d’euros, une somme importante mais qui en regard d’un CA annuel de 77 milliards de dollars reste bien dérisoire.

Quand la perte de réputation devient la véritable sanction…

Alors qu’entretemps les entreprises publiques (et leurs mandataires) se sont vues exonérées des sanctions administratives (…), les sociétés cotées en bourse ont compris l’impact potentiel gigantesque d’une utilisation abusive des données à caractère personnel sur le cours de leurs actions.  Ainsi, lors du scandale Cambridge Analytica, où Facebook fut accusé de revendre les données de ses utilisateurs, le réseau social fit le deuil de 60 milliards de dollars de capitalisation boursière et Mark Zuckerberg de 9 milliards de sa fortune personnelle.  Depuis lors, il ne se passe pas un mois sans qu’un sujet lié à un usage abusif de données personnelles ne se glisse à la une des journaux !

Mais les dommages collatéraux de ces mauvaises pratiques ne se limitent pas au seul cours de bourse.  Car si ces pratiques effraient les investisseurs, elles font également fuir clients, collaborateurs et partenaires en écornant durablement l’image de marque des délinquants.  Au final, entre les chutes boursières et les investissements dans des campagnes de reconquête de notoriété, l’addition est lourde pour les contrevenants !  Bon nombre d’organisations publiques ou privées, petites ou grandes, réalisent aujourd’hui que le risque d’atteinte à leur réputation est devenu réel et non-négligeable mais comprennent-elles toujours l’ampleur du mouvement qui s’est engagé ?

Quand la protection des données à caractère personnel devient un défi stratégique.

Ces scandales, procès et sanctions financières ne sont en effet que la partie émergée d’un iceberg qui s’enfonce plus profondément dans la conscience collective de notre société. La politique de protection des données personnelles mise en place par une organisation n’est plus une obligation légale mais un critère d’appréciation de ses valeurs, de son éthique et de sa probité ! Bientôt, elle constituera pour chacun d’entre nous un moyen d’estimer une entreprise avec laquelle nous établissons des relations et de poser des choix relatifs à notre consommation, tout comme nous le faisons aujourd’hui avec les critères environnementaux et sociétaux.

Menace ou opportunité stratégique ?

Dans le monde économique moderne, il est devenu impensable de mettre en œuvre de nouveaux services en ligne, publics ou privés, sans prendre en compte ce changement de paradigme essentiel. Un service de qualité passe donc aussi par la prise en compte de ces paramètres de protection des données dès les premières étapes de la conception. Nous sommes à l’aube d’une lame de fond qui permettra aux audacieux qui l’auront anticipée d’en tirer profit en se positionnant avantageusement et qui plongera les négligents dans les abîmes de la perte de crédibilité.

« Le RGPD constitue donc une chance unique,
pour chaque acteur économique, de réaffirmer ses valeurs,
de se différencier et de revenir à ses fondamentaux »

2. Les impacts culturels du RGPD : la prise de conscience par les individus de la valeur (financière, morale, …) de leurs données à caractère personnel

Excité par les média qui ont mis en lumière le RGPD, le citoyen lambda n’est plus un oiseau pour le chat. Il comprend que la majorité des services offerts gratuitement en ligne ont fait de ses données un business très lucratif. Et comme le dit l’adage : « si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit ! ».

Un changement fondamental des réflexes et des comportements du grand public

Cette prise de conscience induit dans le grand public une hyper vigilance qui confine peu à peu à la méfiance.  En ligne ou en live, le citoyen n’est plus aussi enclin à divulguer ses informations personnelles.  Aujourd’hui on réfléchit avant de s’inscrire à la newsletter d’un portail internet ou de noter son adresse au dos de la carte de fidélité d’un fleuriste, de peur de voir partir nos informations dans les limbes opaques d’un traitement des données que nous ne maîtrisons pas.  Certains redoutent même l’intensification de la surveillance systématique et la génération de revenus à leur insu.

Les convoitises dont font l’objet les données à caractère personnel doivent être balancées par les droits légitimes des personnes concernées.  C’est pour cette raison que fleurissent aujourd’hui des solutions différentes (Qwant, DuckDuckGo, …), n’hésitant pas à mettre en avant leur caractère protecteur des données personnelles et à en faire un véritable « argument de vente ».

Protéger les données sans tuer le commerce

Le RGPD conscientise le client sur ses droits mais il limite également l’arsenal marketing/commercial des entreprises.  Si chacun se réjouira de la diminution sensible du nombre de spams dans sa boîte mail, les directeurs marketing se voient quant à eux contraints dans leur catalogue d’actions.  A ce titre, on soulignera, non sans sourire, la différence fondamentale de vision entre européens (protection de la vie privée) et américains (protection du commerce et de l’esprit d’entreprise).  De quel coté de l’Atlantique que l’on se place, le débat est loin d’être manichéen et le législateur devra réguler dans la durée pour protéger le citoyen mais aussi pour ne pas (trop) entraver le commerce légitime.

 « Entretemps le RGPD donnera aux entreprises l’occasion
de se recentrer sur « l’intérêt légitime » de leurs démarches
et de revalider les fondements de leur prospection ».

Comment réussir la mutation de son organisation et transformer le RGPD en avantage compétitif de protection des données ?

Mielabelo est impliqué dans une multitude de projets liés à la protection des données à caractère personnel, dans le secteur public ou privé.  Cette position centrale lui permet d’observer les évolutions du marché et d’anticiper les opportunités et les menaces.

Les choses bougent !

Du comité de direction à la machine à café, la protection des données à caractère personnel se fraye un chemin dans toutes les strates et toutes les conversations.  Les structures les plus agiles ont identifié cet enjeu stratégique et l’intègre déjà dans leur organisation interne et leurs processus pendant que les autres acteurs se conscientisent peu à peu à cette nouvelle réalité.  Mais à l’exception de grandes organisations privées qui disposaient déjà d’une culture de la conformité et pour lesquelles le RGPD n’était qu’une obligation supplémentaire, peu de structures ont assimilé les changements fondamentaux dont le RGPD n’est que le sommet émergé.

4 types de comportements se distinguent au sein des organisations :

  1. LES « VICTIMES »
    Des acteurs en manque de compréhension de l’étendue et de la portée du RGPD, qui perçoivent la mise en conformité comme un fardeau.
  2. LES « PASSIFS »
    Des acteurs sans plan de marche clair et structuré qui n’entameront des démarches qu’en réaction à une éventuelle contravention.
  3. LES « PRAGMATIQUES »
    Des acteurs qui ont entamé un projet de mise en conformité, qui sont confrontés à des problèmes d’interprétation des lois et qui réalisent que le RGPD n’est pas qu’un problème réglementaire, mais aussi informatique, process, organisationnel, …
  4. LES « VISIONNAIRES »
    Des acteurs qui ont compris que la mise en conformité n’était pas qu’un projet mais bien un processus continu, qui nécessite des ressources à long-terme, un engagement concret du management et une profonde mutation de la culture interne. Ces visionnaires font « vivre » la protection des données à caractère personnel bien au-delà de la simple application de la réglementation.  En faisant du respect des données une valeur et une culture d’entreprise,  ils ont compris que ce défi stratégique consiste avant tout en une modification des comportements humains et à la mise en œuvre de réflexes simples, efficaces et transverses.

Devenir un « visionnaire »

Quand les « victimes » se focaliseront sur le ‘QUOI’ (registre d’activités de traitement et l’identification des bases légales, la nomination d’un Délégué à la Protection des Données, la formalisation des politiques et procédures nécessaires, les mesures de sécurité et de protection des données, …), les « visionnaires » s’attacheront au ‘COMMENT’:

Visionnaire dans la gestion des personnes

  • Choisir son DPO (Délégué à la Protection des Données) en fonction de quatre critères objectifs : son indépendance, sa formation, sa certification et sa motivation.
  • Impliquer le management : créer un Comité de Sécurité et de Protection des Données doté d’un véritable pouvoir de décision et rassemblant du personnel d’un niveau hiérarchique suffisant.

Visionnaire dans les procédures et processus

  • Favoriser l’amélioration continue en débutant par établir un véritable état des lieux et un référentiel permettant la mesure de la progression de l’organisation dans le temps.
  • Privilégier une approche collaborative et engageante : utiliser des taskforces multidisciplinaires qui impliquent tous les acteurs et créent le changement culturel.
  • Travailler en amont : intégrer la protection des données au sein des processus clé de l’organisation et notamment avant de procéder à la mise en œuvre des nouvelles activités de traitement.
  • Aligner les mesures de protection sur les risques réels en matière de sécurité de l’information (éviter la surprotection/le surinvestissement ou à l’inverse la sous-protection/le sous-investissement).
  • Documenter les choix posés pour justifier les interprétations du texte légal en cas de contrôle

Visionnaire dans les outils

  • Instaurer un programme pluriannuel structuré permettant à tous les acteurs impliqués de disposer des outils pour appliquer concrètement les bonnes pratiques dans leur travail quotidien.
  • Créer une démarche continue : disposer des outils nécessaires pour maintenir et mettre à jour la base documentaire de conformité sur la durée.

Pour ces raisons, bon nombre d’organisations envisagent aujourd’hui la mise en place d’un système de gestion ISO27001 comme soutien pérenne et durable de ce processus de mise en conformité.


Conclusions

Comme pour tout texte légal, bien des articles du RGPD doivent être correctement interprétés et chaque organisation peut, en documentant ses décisions, justifier les choix qu’elle fait en fonction de ses spécificités propres. Il n’y a donc pas une seule façon de mettre en œuvre la protection des données à caractère personnel, mais bien autant de solutions que d’organisations !

Pour réussir la mutation de son organisation et transformer le RGPD en avantage compétitif de protection des données, il est fondamental de prendre du recul et d’appréhender les choses sous l’angle le plus large possible. 

Les données à caractère personnel interviennent dans pratiquement tous les processus de l’organisation.  S’interroger sur la protection de ces données permet de remonter toute une série d’opportunités d’amélioration au niveau structurel.  Plus complexe qu’une simple ‘checklist’ dont les cases sont à cocher, cette mise en conformité ‘2.0’ s’avère :

  • Un chemin plus long car il s’agit d’un processus continu, gérant la problématique de conformité sur la durée et non un projet avec un début et une fin.
  • Un chemin plus large car les implications du RGPD touchent TOUS les services (IT, RH, …), impliquent de nombreux acteurs (juristes, informaticiens, sécurité de l’information, gestion des risques, ressources humaines, achats, …) et ne s’arrêtent pas aux frontières de l’Europe.
  • Un chemin plus profond car les réflexes attendus doivent s’intégrer dans une mutation forte de la culture interne.
  • Un chemin plus radieux car bien au-delà de son image coercitive, le RGPD constitue pour chaque acteur économique une occasion unique de se poser les bonnes questions, de revenir à ses fondamentaux et d’induire les changements qui lui permettront de mieux (ré)affirmer sa différence compétitive.

Le CHR Liège pourrait devenir le premier hôpital francophone à obtenir la certification ISO 27001

By | Alignement, Conformité, Direction Générale, Gestion de projets, Gouvernance, Hospitalier, Info Sec, IT, Performance, Qualité, Quartiers Opératoires, Sécurité de l'information | No Comments

Contexte

Le CHR Liège, une ville dans la ville
Le CHR Liège est des acteurs majeurs de la santé en Province de Liège mais aussi un de ses principaux employeurs avec quelques 3.530 collaborateurs et plus de 490 médecins.  Chaque année, il accueille 600.000 patients grâce à ses 897 lits agréés et ses 140.000m2 d’installations réparties sur 3 sites (Citadelle, Sainte-Rosalie, Château Rouge).

Un SMART hôpital dans une SMART city
Depuis plusieurs années, le CHR Citadelle poursuit une politique d’amélioration et d‘excellence de ses services et mène, entre autres, plusieurs projets au niveau de :

  • La qualité des soins
    Démarche d’obtention de la prestigieuse accréditation JCI.
    NB. La Joint Commission International- JCI est une organisation américaine réputée qui fixe un grand nombre de normes internationales en matière de qualité des soins et de sécurité du patient et certifie les plus grands hôpitaux.
  • La qualité et protection de l’information
    • Mise en conformité RGPD/GPDR : protection des données à caractère personnel
    • Mise en conformité par rapport à la directive européenne NIS (cybersécurité des infrastructures critiques).
    • Certification ISO 27001 : sécurité des systèmes informatiques

Solutions.

Pour quelles raisons Mielabelo a-t-il remporté l’appel d’offres qui pourrait faire du CHR Liège le premier hôpital francophone à disposer de la certification ISO 27001 ?

Réaliser une mission de cette envergure est un premier challenge, la réussir en est un autre.
Ce succès repose tout autant sur la qualité́ des experts en place que sur la capacité de l’organisation à anticiper et à accompagner le changement.  Grâce à sa connaissance du référentiel ISO 27001, Mielabelo accompagne ainsi le CHR Liège dans sa gestion du changement et lui permet de maximiser la contribution du projet à ses objectifs stratégiques grâce à 5 leviers :

  1. Un véritable accompagnement opérationnel
    Une flexibilité d’accompagnement sur le terrain qui suivra l’hôpital et ses équipes pas à pas jusqu’à l’obtention de la certification en décembre 2019
  2. Des méthodes agiles
    Mielabelo propose un référentiel de mise en place ISO 27001 qui intègre la maturité du client et se déploie en fonction de ses ressources réelles et non théoriques.
  3. Une connaissance pratique et pragmatique du secteur de la santé
    Engagé depuis de nombreuses années dans le secteur de la santé et de la sécurité de l’information, Mielabelo connaît les écueils de ce type de mission ainsi que les actions concrètes à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs et tenir les délais.
  4. Un programme de formations internes
    Au travers de son centre de formation Campus Mielabelo, Mielabelo a la capacité interne de former les collaborateurs du CHR et de leur apporter les certifications PECB ISO 27001/5 nécessaires.
  5. Une capacité à gérer le changement culturel
    Souvent sous-estimée, l’évolution de la culture d’entreprise joue un rôle prépondérant dans la réussite des projets stratégiques. Pour y parvenir, Mielabelo assure l’implication des collaborateurs au travers de campagnes de sensibilisation aux enjeux liés à la sécurité de l’information

Résultats

En accompagnant de manière opérationnelle la certification ISO 27001 du CHR Liège, Mielabelo contribue à la transformation globale vers une « médecine 2.0 » qui mise sur les technologies du futur pour mieux soigner ses patients tout en protégeant leurs données.

Depuis le démarrage de la mission ISO27001, le CHR Liège a déjà obtenu une reconnaissance de la qualité du travail sous forme de récompenses.

Au concours « PUBLICA AWARDS 2018 » organisé par la société EBP récompensant les meilleurs projets publics de l’année, le CHR Liège a obtenu deux récompenses qui sont publiées sur le site du « PUBLICA AWARD 2018 »:

  • Publica Awards « Sécurité » – médaille de Bronze
    ISO27001 au CHR Liège – Centre Hospitalier Régional de la Citadelle
  • Publica Awards « Bonne Gouvernance » – médaille de Bronze
    ISO27001 au CHR Liège – CHR Liège